Petar Dobrović

Film documentaire sur la vie et l’œuvre du peintre serbe Petar Dobrović.

Producteur: Zagreb film, Zagreb, 1957.
Scénario: Miroslav Krleža
Réalisateurs: Aleksandar Petrović, Vicko Raspor
Caméraman: J. Jovanović, Nikola Majdak
Son: Ing. A. Pregernik
Montage: K. Harisijades
Organisation du tournage: M. Borota
Assistant caméraman: L. Kekić
Consultant: O. Dobrović

 

Festivals:

  • VFestival du film yougoslave à Pula 1958
  • Festival de Karlovy Vary, Tchécoslovaquie, juillet 1959
  • Festival du court métrage yougoslave de Belgrade, mars 1960
  • Biennale de l’Art, Paris 1961

Critiques:

«Le film fait partie des oeuvres qui aident à pénétrer dans la création des grands peintres. De tous les films de ce genre il est assurement l'un des meilleurs. Son film, parfois dans l'esprit de Gauguin, est convaincant. Le réalisateur utilise habilement les outils cinématographiques en ne s'imposant pas. Sa présentation a laissé une joyeuse impression.»
Milutin Čolić, « Politika », 1959

« Petrović veut dire que les couleurs de Dobrović sont sonores. Il aurait pu l’exprimer de la bouche d’un speaker mais ne voulait pas cela. A la place il nous montre les images des clochers abandonnés. Les siècles ont avalé les clochers, la pierre a uniquement entouré le vide par lequel s’ouvre le ciel. Mais le moment d’après, la couleur éclatante d’un buisson ou des fleurs explose et une cloche se met à sonner. C’est ainsi qu’un artiste, avec l’image et la métaphore, exécute une analyse esthétique et littéraire de l’oeuvre artistique du peintre. » Dušan Makavejev, 1958

Aleksandar Petrović à propos du film Petar Dobrović:

Les notes en bordure de la bobine
FILM DANAS - 1950-1965 NOVI FILM (Editeur Institut za film Beograd)

«Pour moi, dans la période préparatoire du film Petar Dobrović la donnée essentielle d’étude de problématique esthétique, était le fait que Dobrović était fondamentalement un peintre fauviste, donc dénué d’anecdote: non seulement que sur ses tableaux les représentations scénique sont pratiquement inexistantes mais les motifs figuratifs et architecturaux sont traités uniquement comme des éléments subjectifs des visions graphiques et chromatiques… »
Poursuivant l’idée de Miroslav Krleža pour le scénario «J’étais alors obligé de pencher pour une méthode de la mise en scène qui me permettrait de découvrir la substance du processus dramatique de formation de l’art de Dobrović. Sur un fond de courant de dramaturgie générale du projet, il fallait trouver des solutions de mise en scène qui découvriraient «le mouvement intérieur» de ce sujet artistique autochtone… Dans le cas du film Petar Dobrović il fallait découvrir le processus de l’émancipation chromatique de l’art de Dobrović…
Dans le film documentaire, il est impossible de chercher les solutions «d’avance». Dans le cas de Dobrović tout particulièrement il était même impossible de l’essayer, car le fil conducteur de dramaturgie se faisait justement sur le lien des tableaux de Dobrović avec son entourage et le paysage qui l’inspirait… Finalement, le travail sur le film Petar Dobrović m’a encore conforté dans une conclusion: il existe quelque chose que j’appelle «la valeur dramatique», l’importance de l’objet, ce qui est défini par le «poids» d’un certain moment du film, la composition générale de l’évolution du la thématique. Il est spécialement important de garder le contrôle absolu de l’importance du thème.